Phase 1 - Démarrer
Phase 1

Démarrer

Établir un partenariat avec les acteurs locaux et définir le plan d’action.

QUOI?

Pour mener à bien un projet d’urbanisme participatif, il est important d’identifier dès le départ les acteurs locaux à impliquer et d’établir un partenariat avec eux. Faire appel aux leaders de la communauté peut faciliter l’établissement de liens avec les autres acteurs du milieu. Il est très utile de rallier, parmi ceux-ci, des personnes habilitées à prendre des décisions quant à la transformation physique du milieu (ex. : élus municipaux, gestionnaires d’habitation). Les autres partenaires à intégrer sont les acteurs intéressés par le projet ou qui sont en mesure de mobiliser la communauté. L’expérience démontre la pertinence de formaliser un partenariat avec ces acteurs, en créant un comité de travail qui établira le cadre de fonctionnement du projet. Ce cadre devra favoriser une communication ouverte entre l’ensemble des forces en présence.

Créer un comité de travail

La création d’un comité de travail, représentatif du milieu et regroupant les acteurs clés, est une étape déterminante dans la réalisation du projet. On y invitera les acteurs pertinents pour le mandat suivant :

  • Identifier les contraintes à respecter;
  • Mobiliser les ressources;
  • Mobiliser la communauté;
  • Fournir un soutien technique;
  • Identifier et collecter les informations existantes.

De ce comité, une équipe de travail (3 à 5 personnes) est désignée pour la gestion et l’opérationnalisation du projet. C’est ce groupe restreint qui définit les grandes lignes du projet, planifie et met en œuvre le processus d’urbanisme participatif, et procède aux arbitrages entre les participants en cas de positions divergentes. Les autres membres constituent un cercle plus large de contributeurs, qui ne seront pas nécessairement impliqués dans toute la planification.

Encadrer le processus

Des balises précises sont nécessaires pour assurer le bon déroulement et la réussite d’une initiative d’urbanisme participatif. Pour mettre en place un cadre de fonctionnement adéquat, il faut :

  • Définir le territoire d’intervention;
  • Déterminer les objectifs, les cibles et les indicateurs de suivi;
  • Identifier clairement les parties engagées dans le processus;
  • Clarifier les rôles et les responsabilités de chacun;
  • Établir un échéancier;
  • Déterminer les ressources financières, humaines et matérielles.

À l’intérieur de ce cadre adapté au projet, les actions entreprises ont pour but d’assurer l’émergence d’une vision collective pour l’avenir du quartier ou du site concerné.

Conseil pratique

Un calendrier de planification permet d’avoir une idée d’ensemble du processus au départ. On ajuste les activités (choix, nombre, moment, etc.) au fur et à mesure. On planifie ces activités de deux à trois mois à l’avance.

À retenir

Le temps prévu à la phase de démarrage d’un projet est souvent sous-estimé. Il est essentiel d’y accorder le temps nécessaire à la création d’un partenariat fort, capable d’évoluer et de rebondir selon l’évolution du projet.

POURQUOI?

Établir les bases du projet par un partenariat solide

La collaboration est essentielle au succès et de la pérennité de toute démarche participative. Le processus ne devrait jamais reposer sur les épaules d’un seul acteur.

  • La phase de démarrage est celle où on établit l’apport de chacun et les règles de base encadrant le processus collaboratif.
  • Les décideurs (élus et professionnels municipaux, gestionnaires d’habitation, etc.) sont responsables de mettre en œuvre les changements à l’environnement bâti, et ce, à moyen et à long terme. En ce sens, il est essentiel de travailler en partenariat avec les acteurs chargés de la planification et de la réalisation des travaux.
  • Mobiliser des citoyens nécessite beaucoup de temps et d’efforts. Il est important de créer des liens avec les organismes locaux ou des citoyens leaders de la communauté qui ont un lien direct avec les citoyens et des objectifs compatibles avec ceux du projet.

QUI?

Rassembler les bons partenaires

Créer un comité regroupant les personnes clés, selon le contexte du projet :

  • Citoyens engagés et citoyens experts;
  • Élus et professionnels œuvrant pour la municipalité;
  • Membres des réseaux communautaires;
  • Représentants des milieux scolaire, universitaire et de la santé publique.

COMMENT?

Liste d’activités proposées pour identifier et regrouper les partenaires :

  • Définition d’une entente de partenariat;
  • Champ de forces[1];
  • Cartographie des acteurs;
  • Définition de la vision du secteur d’intervention.

À retenir

Deux éléments clés à la réussite d’un projet d’urbanisme participatif :

  1. Attribuer les ressources budgétaires, humaines et matérielles nécessaires;
  2. Reconnaître et respecter le rythme des milieux d’intervention.

 

[1] L’activité du champ de forces vise à comprendre les facteurs qui contribuent à maintenir une situation et ceux qui en atténuent la portée. Source : Chevalier, Buckles et Bourassa, 2013.

Participatory planning

L'urbanisme participatif est une approche pour co-concevoir des villes actives et durables. Notre approche rend l'urbanisme accessible, communautaire et amusant. Il est fondé sur la conviction que la rencontre des savoirs citoyens et des savoirs professionnels favorise un dialogue ouvert et une interaction productive entre les usagers, les experts et les décideurs.

Nous travaillons à l'échelle du quartier et adoptons une vision intégrée de l'aménagement, du design urbain, de l'architecture, des transports et des espaces publics. Nous intégrons également les questions de l'équité en santé et reconnaissons les liens entre les processus de planification participative, l'environnement bâti et la santé publique. Chaque communauté a un plan de travail unique, axé sur les besoins, élaboré en collaboration avec divers partenaires, mais notre approche de planification participative utilise une méthodologie commune.